La Leucémie Aigüe Lymphoblastique (LAL)

Leucémie Aigüe Lymphoblastique (LAL)La leucémie aigüe lymphoblastique (LAL), aussi appelée leucémie lymphoïde aiguë (LLA), affecte les cellules sanguines et le système immunitaire. Elle représente environ 80% des leucémies de l’enfant et 20% des leucémies de l’adulte1.

La LAL se déclare à la suite de modifications de l’ADN de cellules souches de la moelle osseuse. Ces cellules souches se développent en cellules blastiques anormales et leur multiplication bloque en partie le développement des cellules sanguines saines (globules rouges, globules blancs et plaquettes) dont le nombre est très souvent plus bas que la normale. Dans la LAL, les cellules atteintes sont les cellules souches lymphoïdes, qui se transforment normalement en lymphocyte, un type de globule blanc présent dans le sang et dans différentes parties du système lymphatique. Dans 85 % des cas, la maladie touche les lymphocytes de type B et, dans 15 % des cas, les lymphocytes de type T.2,3,4

Le diagnostic de la LAL se fait généralement par une analyse sanguine et des examens de la moelle osseuse. L’analyse sanguine permet de compter le nombre de globules rouges, de globules blancs, de plaquettes dans le sang et de voir s’il y a trop de blastes leucémiques. La moelle osseuse du patient sera analysée dans le but d’identifier le nombre de cellules leucémiques présentes, leurs caractéristiques, et le sous-type de LAL en examinant les chromosomes et les gènes.2,3,4

Le traitement des patients atteints de LAL doit commencer aussitôt le diagnostic posé, compte tenu de l’évolution rapide de la maladie. La majorité des enfants atteints de LAL est guérie après le traitement ; chez les adultes, le taux de rémission avoisine 80%, mais seuls 30 à 40% des patients sont guéris par le traitement.3

Le traitement principal de la LAL repose sur une chimiothérapie sur une longue période. Celle-ci consiste à associer plusieurs médicaments cytotoxiques selon des protocoles adaptés en fonction de plusieurs critères tels que l’âge, les classifications de risque, le sous-type de LAL et l’état de santé global du patient. La greffe de cellules souches est envisagée si le patient ne répond pas bien à la chimiothérapie, ou s’il patient présente un risque élevé de rechute. Des essais cliniques sont en cours pour étudier l’efficacité et la sécurité de nouveaux médicaments (les thérapies ciblées par exemple) ou de nouvelles combinaisons de médicaments.2, 3, 5

REFERENCES

  1. Les cancers en France, Les Données, INCa, édition 2015. Disponible sur : http://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Les-cancers-en-France-Edition-2015http://www.e-cancer.fr/Expertises-et-publications/Catalogue-des-publications/Les-cancers-en-France-Edition-2015. Consulté le 8 novembre 2016.
  2. Pui CH et al.  Acute lymphoblastic leukaemia. Lancet 2008; 371: 1030-43.
  3. Passweg JR et al. Les Leucémies Aigües. Rev Med Suisse 2008; 1272-1278.
  4. Société de leucémie et lymphome du Canada. s.d. « Leucémie lymphoblastique aiguë ». En ligne. Disponible sur : http://www.sllcanada.org/leucemie/leucemie-lymphoblastique-aiguehttp://www.sllcanada.org/leucemie/leucemie-lymphoblastique-aigue. Consulté le 8 novembre 2016.
  5. Mathisen MS et al. Acute lymphoblastic leukemia in adults: encouraging developments on the way to higher cure rates. Leuk Lymphoma 2013; 54(12):2592-600.

 

Notification relative à l'utilisation des cookies

Ce site internet utilise des cookies pour vous offrir une navigation optimisée et plus personnalisée.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies dans les conditions prévues dans notre politique de cookies. Pour en savoir plus et notamment pour s'opposer à leur installation ou pour les supprimer, nous vous invitons à consulter notre politique de cookies accessible à cette adresse.